Nouveautés ! 

Cours de Yoga Cavaliers tous les mardis à partir du 4 juin de 12h15 à 13h15 chez Yoga Shala à Embrun (05)

En savoir plus !

6 préjugés sur le yoga qui vous empêchent de vous lancer

préjugés sur le yoga

« Ce n’est même pas un vrai sport ! », « Il faut être souple pour en faire »… N’avez-vous jamais entendu ce genre de préjugés sur le yoga ?  Vous souvenez-vous de la première pensée qui vous est venue à l’esprit la première fois que quelqu’un vous a parlé de cette discipline ?

Aujourd’hui, tout le monde a entendu parler du yoga mais cette pratique souffre de nombreux préjugés ou clichés qui empêchent certains de sauter le pas. Découvrez les 6 principaux préjugés sur le yoga ainsi que les avantages réels de la discipline qui permettent de les mettre KO !

1.  Les préjugés sur le yoga et le sport

 « Le yoga n’est pas un vrai sport ! » Sans blague ? Ce préjugé sur le yoga est solidement ancré dans l’inconscient des gens. Cette image péjorative est due au côté relaxant, aux postures statiques, assises, allongées… Le yoga n’est, effectivement, pas un sport à proprement parler mais une philosophie de vie qui englobe beaucoup d’éléments dont la pratique d’une activité physique (postures et respiration) et d’une activité mentale (méditation). Et si vous prenez le temps de vous y intéresser et de la tester, vous découvrirez qu’en réalité cette discipline comprend un aspect sportif qui n’a rien à envier aux sports classiques : elle offre un travail profond sur l’ensemble du corps qu’elle renforce, assouplit et détend.

Elle améliore, ainsi, vos performances physiques et sportives. Plus précisément, le yoga permet d’oxygéner les muscles, les tissus, le sang et le cerveau grâce à une respiration profonde. Il tonifie et renforce les muscles profonds, les muscles mobilisateurs et les muscles des membres supérieurs et inférieurs. Il s’agit donc d’une activité physique globale qui permet d’être plus gainé et de gagner en force. C’est aussi une discipline complémentaire si vous pratiquez un sport dynamique, en parallèle. Le yoga mobilise également toutes les articulations du corps, prévenant les blessures pouvant survenir lorsqu’elles sont fragilisées. Sachez que le yoga est, aussi, un allié dans votre parcours de perte de poids. Il vous fait brûler des calories et affine votre silhouette. De quoi faire taire ce préjugé tenace sur le yoga !

2.  Les préjugés sur le yoga et les hommes

On entend souvent dire que « le yoga est un truc de fille » ! Vraiment ? Encore un préjugé sur le yoga à, tout de suite, dépasser !

Connaissez-vous le point commun entre Michel Robert (cavalier international CSO), James LeBron (basketteur américain) et Jonny Wilkinson (rugbyman anglais) ? Ce sont des sportifs de haut niveau qui ont opté pour le yoga en complément de leur activité sportive principale. C’est une excellente base d’entraînement et de préparation physique.

Bien qu’issus de différents milieux sportifs, ces hommes veulent gagner en efficacité, en force, en tonicité, en souplesse, en maîtrise de soi et de leur corps, en gestion du stress… Bref, ils veulent profiter des bénéfices mentaux et physiques qu’apporte la pratique du yoga. Pourtant, encore aujourd’hui, beaucoup d’hommes croient, à tort, que le yoga est réservé aux femmes ! Cela n’est absolument pas le cas ! Le yoga est pratiqué par les hommes depuis la nuit des temps !

On attribue, d’ailleurs, la codification du yoga à un homme, Patañjali, en 200 av. J-C. C’est que le yoga ne fait pas de différence de genre ! Ses nombreux bénéfices existent autant pour le corps et l’esprit masculins que féminins ! Être plus à l’écoute de son corps, de ses sensations, développer sa concentration permet d’être plus performant au niveau sportif mais aussi dans sa vie de tous les jours. Plus serein, vous vous montrez plus productif, plus ouvert au monde, bref, plus épanoui. Alors, messieurs, faites donc cessez ce préjugé sur le yoga et rendez-vous dans les salles de cours ! Et pourquoi ne pas venir en couple ?

Podcast de Robin MUHR cavalier CSO 5*pratiquant le yoga 

3.  Les préjugés sur le yoga et la souplesse

Les gens se disent que le yoga n’est pas fait pour eux car ils ne sont pas souples, ils sont trop « raides ». Il s’agit là, également, d’un préjugé tenace sur le yoga ! Que vous soyez souple ou non, vous avez tout à fait votre place dans les cours de yoga. La souplesse est un des effets, une conséquence de la pratique du yoga et non un prérequis. Au fur et à mesure de la pratique, vous gagnez en souplesse, en flexibilité et vous vous sentez plus à l’aise dans vos mouvements. Comment ? Grâce au couplage avec la respiration profonde qui favorise des étirements de plus en plus importants tout en douceur et de façon progressive.  

Les douleurs et les raideurs dans les articulations ou les muscles diminuent ainsi considérablement. Le tout est d’écouter son corps et ses limites. Mais savez-vous que votre manque de souplesse physique est aussi la résultante d’un manque de souplesse mentale ? En effet, le stress et les ruminations occasionnent une rigidité mentale qui se répercute sur votre posture et l’activité de vos muscles. En apaisant les tensions et les émotions négatives, le yoga offre un équilibre nerveux qui se « lit » dans tout votre corps. Plus détendu, moins contracté, il se montre alors plus souple dans votre vie de tous les jours.

Il n’est pas non plus nécessaire d’être mince pour être souple et se mettre au yoga. Peu importe votre poids (même les femmes enceintes peuvent pratiquer), la discipline n’est pas conditionnée à la masse corporelle. Pour vous en convaincre il n’y a qu’à voir les performances de Jessamyn Stanley, une professeure de yoga en surpoids. L’aisance gestuelle et globale de votre corps ainsi que sa souplesse sont favorisées par une meilleure conscience et une plus grande connaissance de son corps, qui ne sont pas du tout entravées par le surpoids. Alors stop à ce préjugé sur le yoga et foncez !

4.  Les préjugés sur le yoga et la religion

Contrairement à ce que beaucoup croient, le yoga n’est pas une pratique religieuse. C’est, cependant, un préjugé sur le yoga qu’on constate encore souvent, aujourd’hui. D’ailleurs, le yoga moderne qui s’est développé en Occident est essentiellement basé sur les postures, la méditation et la respiration. Il est ouvert à tout le monde, vous pouvez pratiquer quelles que soient vos croyances. 

La confusion vient, sans doute, de sa proximité avec l’hindouisme et le bouddhisme, religions pratiquées dans l’Inde ancienne où est né le yoga. Une enquête récente a même montré que 74 % des Français ne faisaient pas de différence entre le bouddhisme et le yoga ! S’il existe, en effet, des similitudes entre les enseignements du yoga et ceux du bouddhisme, ils sont totalement distincts.

Le yoga est une pratique spirituelle basée sur des exercices de respiration, de concentration et un renforcement musculaire (Les Yoga Sutras de Patanjali). Le bouddhisme constitue une religion à part entière qui repose sur les enseignements de Bouddha (les sutras). Certains professeurs mettent plus l’accent sur les éléments spirituels dans leurs cours, d’autres plutôt sur l’aspect sportif et physique et d’autres encore prennent en compte les deux.

À vous de vous orienter vers le professeur qui vous correspond. Mais dans aucun cas, il ne s’agit de religion et encore moins d’une pratique sectaire ! Il est même un peu dommage de se priver de cette discipline bien-être à cause d’un tel préjugé sur le yoga !

5.  Les préjugés sur le yoga et l’alimentation

Non, tous les pratiquants de yoga ne sont pas forcément végans ou végétariens. Encore un préjugé sur le yoga qui a la vie dure ! Il est vrai que la philosophie du yoga invite à une alimentation saine et équilibrée basée sur une nourriture végétale non transformée. L’article sur l’alimentation vivante fait un point complet sur l’intérêt de ce genre d’alimentation.

Toutefois, le yoga n’oblige à rien ! Il ne s’agit pas d’une dictature ou d’un endoctrinement ! Vous êtes libre de vous nourrir comme bon vous semble. Vous remarquerez tout de même que plus vous pratiquez, plus votre corps ”réclame” naturellement une nourriture plus saine. Là encore, soyez à l’écoute de vos besoins et de vos envies.

Le mot « yoga » signifie « union » en sanskrit qui rappelle que c’est une discipline qui vise à unir le corps et l’esprit, à créer une véritable connexion. En pratiquant le yoga de façon régulière, vous allez mieux appréhender les sensations, les besoins et les « ennemis » de votre corps. L’alimentation quotidienne constitue le carburant essentiel de votre organisme. S’il est de mauvaise qualité, des dysfonctionnements (tensions, douleurs) peuvent apparaître dans votre « moteur ». Vous serez donc spontanément amené à nourrir votre corps d’aliments sains afin de l’énergétiser sans le dégrader.

6.  Les préjugés sur le yoga et l’âge

Pendant des années, le yoga a souffert de cette image de discipline réservée aux personnes âgées car trop molle ou trop lente. De même, avec le développement des réseaux sociaux, on entend le discours inverse : certaines personnes se demandent s’il n’y a pas un âge limite pour commencer !  Halte à ces préjugés sur le yoga ! Oubliez l’âge dans cette pratique ! Cette discipline peut s’exercer chez les séniors et les enfants.

Pour preuve ? Le développement des cours spécifiques à destination des enfants, des adolescents et des adultes. S’il y a bien un préjugé sur le yoga à tuer dans l’œuf, c’est bien celui-ci ! Pourquoi une discipline bien-être serait-elle réservée ou interdite à certaines catégories d’âge ? Prendre soin de son mental et de son corps est un objectif que chacun devrait suivre pour vivre serein et épanoui.

Le grand avantage du yoga est sa vaste palette de postures qui permet d’adapter la pratique aux capacités de chacun. La règle est de ne jamais forcer et de se faire plaisir. Alors laissez de côté toutes ces fausses croyances et lancez-vous ! Le yoga est à consommer sans modération !

Comme vous pouvez le constater, le yoga est souvent victime de clichés injustifiés. Il s’adapte parfaitement à tout le monde, quel que soit le sexe, la morphologie, l’âge, le niveau ou les croyances.

Vous n’avez donc plus de raisons de ne pas sauter le pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sommaire

Partager l'article
Défi 7 jours

J’améliore le bien-être de mon cheval en prenant soin de moi !

Programme
Je deviens un cavalier souple et zen

Que diriez-vous :

  • de vous débarrasser de vos tensions et douleurs
  • d’oublier le stress et le découragement
  • de retrouver souplesse, tonicité et mobilité
  • d’avoir une meilleure connexion avec votre monture
  • de gagner en confiance en vous
  • de surmonter vos peurs (de chuter, de ne pas maitriser votre cheval…)
  • d’atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés
  • ainsi qu’améliorer votre condition physique et prendre votre santé en main !