Nouveautés ! 

Cours de Yoga Cavaliers tous les mardis à partir du 4 juin de 12h15 à 13h15 chez Yoga Shala à Embrun (05)

En savoir plus !

Mieux communiquer avec son cheval grâce au yoga

Mieux communiquer avec son cheval grâce au yoga

Le cheval est parfois relégué à un statut d’objet et considéré comme une simple « monture ». Or, tout cavalier sait pertinemment que le secret d’une équitation réussie se trouve dans une bonne harmonie du couple cheval/cavalier. Cependant, certains éléments parasites viennent, par moments, altérer la fluidité des échanges. Le yoga peut aider à gommer ces grains de sable et mieux communiquer avec son cheval pour une relation épanouie.

Quels sont les différents modes de communication avec le cheval en équitation ?

La voix

L’animal est autant sensible à l’intention qu’à l’intonation de la voix de son cavalier. La voix permet de communiquer avec votre cheval : amorcer un échange, transmettre des consignes, mettre en garde, rassurer, encourager et sanctionner. Son usage doit donc être maîtrisé. Même si le cheval est plus sensible à la communication non-verbale, la communication verbale doit faire l’objet d’une attention toute particulière. Ainsi, le cavalier module sa voix selon l’intention et la sensibilité du cheval. 

Elle peut être, tour à tour, grave, aiguë, sèche, douce. Les chevaux sont très sensibles aux sons. Ils entendent des sons compris entre 55 et 33 500 Hz (comme l’Homme avec, en plus, les ultrasons). Généralement, le cheval appréhende le sens global des mots, selon le ton employé. Il peut, cependant, faire l’objet d’un apprentissage pour réagir à un mot précis. Plus que de simples locutions, la voix est porteuse d’émotions qui sont transmises à l’animal. La voix est, ainsi, un moyen de communiquer avec votre cheval, mais pas le seul, ni le principal. 

Les aides tactiles 

Il s’agit des aides enseignées en centre équestre : les mains, les jambes et l’assiette. Ces aides ont, avant tout, pour mission de soutenir une communication opérationnelle. Elles n’offrent pas véritablement d’échange puisqu’elles ne font que transmettre des demandes au cheval. Les mains sont en contact avec la bouche du cheval. Elles contrôlent l’allure et permettent de ralentir. 

Les jambes permettent de donner les impulsions et de tenir l’équilibre du cheval. Elles provoquent les changements d’allure et arrêtent d’agir quand le cheval répond à la demande. Quant à l’assiette, elle concerne le poids du corps et permet, cette fois, au cavalier, de garder l’équilibre. Une bonne assiette permet d’amortir, d’accompagner et de contrôler les mouvements du cheval. Pour communiquer avec votre cheval efficacement, ces aides tactiles doivent être clairement exprimées. 

Le langage du corps

Il s’agit du mode de communication que le cheval perçoit le mieux puisqu’il renvoie à la communication instinctuelle qu’il peut instaurer avec ses congénères (mouvements de queue, d’oreilles, de membres, expressions faciales, etc.). L’être humain communique plus par la voix et l’écrit dans ses échanges inter-humains. La communication non verbale existe bien mais elle s’avère secondaire. Pour communiquer avec le cheval, le cavalier doit donc apprendre à développer sa lecture des gestes corporels et à les produire pour favoriser l’échange.Le cheval a la capacité de « lire son cavalier » c’est-à-dire d’accéder aux messages conscients mais aussi inconscients transmis par son corps. 

Or, la complexité de la psychologie humaine fait que la pensée consciente est souvent en contradiction avec l’inconscient, créant pour le cheval une incompréhension totale. Si, en arrivant sur l’obstacle, vous vous dites que vous ne passerez pas, vous risquez, effectivement, de vous retrouver par terre car votre pensée sera incohérente pour lui. Il se demandera s’il faut sauter ou non. Pour adresser un message cohérent à votre cheval, il vous faut associer le geste et l’intention. C’est la meilleure façon de communiquer avec votre cheval.

Quels sont les besoins du cheval en équitation ?

De la confiance

Comme dit précédemment, en équitation, votre cheval a besoin de consignes claires et de cohérence dans les actions demandées autant que dans les réponses du cavalier. Lorsque le cheval réalise l’action, il est important de lui renvoyer une réponse positive. Ainsi, il associe l’action réalisée à l’obtention d’un bien-être. Loin des apprentissages coercitifs, le respect mutuel apporte de la confiance au couple cavalier-cheval. Un cavalier qui cravache son cheval n’obtiendra aucun respect, travaillant son cheval à la peur et la douleur. Pour bien communiquer avec votre cheval, sachez lui donner confiance et éviter ainsi les oppositions. Le respect et la confiance constituent les clés d’une bonne connexion. 

Une connexion

Il s’agit de la forme la plus pure et la plus subtile de lien entre un cheval et son cavalier. La connexion permet à chaque partenaire du couple d’avoir conscience de l’autre. Elle favorise aussi une pensée et une action commune. C’est cette connexion qui rend possible la guidance du cheval. Elle s’établit dès le pansage du cheval et est favorisée par l’intuition. Un intérêt mutuel doit apparaître au box pour que le lien ténu du mental soit soutenant à cheval. La connexion est un besoin autant pour le cavalier que pour l’animal. À l’obstacle, elle permet notamment de garder le cap lorsque le lien physique s’allège. Sans connexion, vous ne pouvez pas communiquer avec votre cheval.

De la sécurité

Le cheval est un animal qui peut se montrer craintif face à des stimuli extérieurs. Il peut s’agir de bruits, du vent, d’éléments en mouvement mais aussi des émotions de son cavalier et de consignes incompréhensibles. Si vous rassurez votre animal à la voix mais que votre corps est tendu, l’insécurité persiste. Pour bien communiquer avec votre cheval, lui apporter un sentiment de sécurité s’avère essentiel et primordial. 

Comment le yoga facilite à mieux communiquer avec son cheval ?

mieux communiquer avec son cheval

Être pleinement disponible

Le yoga favorise la concentration sur l’instant présent et amène ainsi une totale disponibilité pour votre cheval. Trop souvent, le pilotage automatique prend le contrôle de notre mental et nous emmène dans des contrées lointaines, passées ou futures. Durant une compétition, on va se rappeler l’erreur commise lors de la compétition précédente et se projeter dans un nouvel échec à venir. Ce parasitage nous empêche de nous connecter pleinement à nos sensations du moment présent et brouille notre manière de communiquer avec notre cheval.

Vivre l’instant présent c’est mettre en place la méditation pleine conscience au quotidien et pas seulement à cheval ! Il s’agit de rester tout le temps connecté à ce que nous sommes en train de faire. La concentration sur notre respiration, notre posture ou encore le contact avec le sol, le siège, aide à se connecter à nos sensations dans l’ici et maintenant. Elle évite que le mental nous emmène dans des projections et émotions inutiles, négatives et contre-productives.

De plus, la méditation pleine conscience reste une habitude très discrète pour votre environnement ! Vous pouvez la pratiquer dans le bus, au travail, en attendant les enfants à la sortie de l’école. Personne ne soupçonnera que vous êtes en train de méditer ! Être pleinement disponible vous permet de mieux communiquer avec votre cheval mais aussi avec les humains !

Se débarrasser de son stress

Le yoga est une discipline reconnue dans la réduction du stress. Biologiquement, il a d’ailleurs été démontré qu’une pratique régulière permet de diminuer la sécrétion de cortisol (hormone du stress). La centration sur des exercices de respiration (pranayamas) offre une réduction du rythme cardiaque, une meilleure oxygénation du cerveau et une régulation du système nerveux parasympathique. Les postures d’équilibre comme la posture de l’arbre (Vrksasana), stimulent la circulation de la sérotonine, hormone du bien-être. Résultat ? Vous vous sentez plus calme et serein et transmettez cette énergie positive à votre cheval. Dès lors, communiquer avec votre cheval est beaucoup plus aisé. De plus, sur un plan spirituel, elle permet la connexion à tous les êtres vivants.

La philosophie du yoga s’articule, d’ailleurs, avec cet objectif d’une plus grande sérénité au quotidien. Il nous apprend à lâcher prise face à des éléments que nous ne pouvons pas changer. Il nous montre comment prendre de la hauteur et du recul face aux évènements et aux épreuves de la vie qui génèrent des situations de stress. Le yoga cultive, également, une philosophie d’auto-compassion et d’éveil de la conscience. En nous apprenant à ne pas porter de jugement sur nous-même et les autres, le yoga devient un puissant remède contre le stress puisque, majoritairement, il est provoqué par un manque de bienveillance envers nous-même ou de la frustration envers les autres. 

Aiguiser son intuition

Une bonne connexion avec son cheval passe par une intuition suffisamment développée qui relègue au second plan, un raisonnement souvent trop présent. On parle d’intelligence intuitive pour désigner cette force mentale qui agit au niveau inconscient. Le yoga permet de développer cette intelligence intuitive par un travail sur la prise de conscience de l’intégralité de son être, de ses émotions, de ses envies mais également de son environnement (humain et animal). Une intuition aiguisée vous permet de mieux communiquer avec votre cheval de façon spontanée et harmonieuse.

Au quotidien, l’intuition guide souvent nos pas. Trop cartésiens, nous ne la suivons pas suffisamment, plus habitués à des raisonnements et des logiques implacables. Pourtant, il s’agit de notre instinct, cette résonance interne qui précède le processus de pensée. Tout le monde possède des capacités intuitives mais l’éducation et les apprentissages scolaires ont tendance à les gommer. Elles doivent se travailler pour reprendre leur pleine puissance et leur juste place.  Il est bon d’écouter notre intuition et de la développer par une pratique régulière du yoga. 

Développer sa conscience corporelle

Le yoga permet de développer sa conscience corporelle en équitation. Aussi appelée proprioception, cette sensibilité profonde nous aide à situer notre corps dans l’espace grâce aux sensations éprouvées. La conscience corporelle nous garantit l’équilibre et la stabilité lorsqu’on monte à cheval. La pratique du yoga, au travers de postures, de l’attention portée aux différentes parties du corps, de la concentration et de l’ancrage permet de développer votre proprioception. Plus équilibré et plus à l’aise dans votre corps, vous communiquez avec votre cheval de façon beaucoup plus fluide. 

En favorisant la connexion entre les muscles, les articulations et le système nerveux central, le yoga matérialise l’unité du corps et de l’esprit grâce au développement de la proprioception. Il lui redonne toute son importance. Dans la vie de tous les jours, ce travail sur la proprioception permet de mieux se déplacer, d’améliorer nos postures du quotidien, notre coordination. Une sensibilité proprioceptive plus affinée favorise notre conscientisation d’une bonne position dans l’espace, limitant les tensions subies par les muscles et les articulations et diminuant les risques de blessures. Le yoga offre, ainsi, des bénéfices multiples en plus de vous permettre de mieux communiquer avec votre cheval.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sommaire

Partager l'article
Défi 7 jours

J’améliore le bien-être de mon cheval en prenant soin de moi !

Programme
Je deviens un cavalier souple et zen

Que diriez-vous :

  • de vous débarrasser de vos tensions et douleurs
  • d’oublier le stress et le découragement
  • de retrouver souplesse, tonicité et mobilité
  • d’avoir une meilleure connexion avec votre monture
  • de gagner en confiance en vous
  • de surmonter vos peurs (de chuter, de ne pas maitriser votre cheval…)
  • d’atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés
  • ainsi qu’améliorer votre condition physique et prendre votre santé en main !